Tu l’as peut-être remarqué, mais en ce moment tout le monde s’attaque aux médias et à Instagram en particulier.

Presque tous les jours, on voit fleurir de ci de là tout un tas de posts, articles ou stories pointant le réseau social et ses manquements. Chacun se fend de son petit mot sur le sujet : les uns s’étonnant de photos trop retouchées ou de corps trop parfaits, les autres d’un manque de réalisme ou d’intégration sociale…

Non mais sérieusement !

Quand cesserons-nous de jouer les naïfs en feignant de ne pas savoir qu’Instagram est une vitrine sans âme, qui génère des frustrations et des complexes ? Ne serait-il pas venu le temps de se rappeler qu’Instagram n’est que le reflet de ses utilisateurs, qui sont seuls responsables de l’ambiance qui y règne ? Aurions-nous oublié que le conformisme social, le manque de représentativité, le racisme ou la grossophobie existent déjà dans la vie réelle ?

Que des gens osent parler du manque de diversité en ne montrant rien d’autre qu’eux-mêmes, ou qu’ils osent défendre les grandes tailles sans jamais les mettre proprement en avant, moi ça me perturbe. C’est à se demander si ce n’est pas juste une posture… Et honnêtement, autant ça me paraît normal que quelqu’un qui utilise Instagram pour le plaisir se sente gêné et exclu, autant ça me dérange quand ce sont des personnes (ou entités) qui jouent un rôle dans la pérennité du problème.

Serait-ce devenu à la mode de parler de certains sujets sans jamais agir dans le sens de leur résolution ? Est-ce qu’on ne serait pas en train de s’attirer un peu de lumière, égoïstement, au détriment des vrais humains qui subissent les discriminations ? Franchement, qui croyons-nous défendre ?

Evidemment, c’est super qu’une personne qui a de l’influence prête sa voix pour défendre des causes nobles et justes. Mais après ? Quel intérêt si c’est seulement quand le sujet est à la mode ?

Défendre une cause, c’est une bataille permanente, un défi que l’on accepte de relever chaque jour, quitte à se mettre à dos quelques décérébrés… C’est un mode de vie que l’on assume, sans crainte de l’exprimer. Il ne peut y avoir de demi mesure !

C’est assez fou parce que nous sommes face à une situation où la peur de perdre quelques abonnés, est devenue un frein à l’action. On a peur d’en dire trop ou de mal dire, d’être catalogué ou pire, blacklisté. Cette fausse neutralité que l’on croyait nécessaire est aujourd’hui totalement anesthésiante…

C’est dommage car nous savons qu’Instagram, Twitter ou Facebook, sont des plateformes géniales pour faire bouger les choses. On peut y défendre des causes fortes, d’où que l’on vienne et quel que soit son domaine d’activité !

Bref.

Si j’en parle aussi souvent c’est parce que mon voile, mes rondeurs et mes origines me rendent particulièrement sensible à ces thématiques. C’est peut-être trop ou pas assez mais peu importe car comme le disait Wilfrid Laurier, « la seule façon de défendre ses idées et ses principes, c’est de les faire connaître ».

Je l’ai déjà dit mais il faut quand même savoir que je perds quelques dizaines d’abonnés à chaque photo publiée avec mon voile. Ça craint, mais je l’accepte. Je n’ai pas cédé et je ne céderai pas.

Mon voile est dorénavant le symbole de ma prise de position définitive et absolue pour la diversité dans la communauté couture de France. Cette diversité ne concerne pas que la couleur de peau ou la taille d’un pantalon, elle est générale et comprend toute personne, sans distinction aucune de corps ou de religion.

C’est une volonté ferme de ma part, une aventure dans laquelle tu as toute ta place !

Commentaires (31)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *