Dans une communauté sans cesse grandissante, on fait parfois de jolies rencontres même si elles ne sont que virtuelles. On échange, on partage et parfois on rit ! Parce que Couturette ne serait rien sans vous et votre soutien, je vous propose d’apprendre à connaître des femmes entières, drôles et naturelles qui ont la passion de la couture. Aujourd’hui, la parole est à Châu Estelle alias @frivolouslymine. 🙂

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai deux prénoms, Châu et Estelle, le premier représente ma terre d’origine, le Vietnam que j’ai quitté à l’âge de 10 ans, le second ma terre d’accueil, la France qui a rendu possible la vie que j’ai la chance de mener aujourd’hui. Châu signifiant perle précieuse, je m’étais dit qu’avec Estelle, on resterait dans tout ce qui brille, en espérant que ma bonne étoile me suivrait toujours ! De nature très réservée et plutôt solitaire, je suis quelqu’un qui manque cruellement de confiance en moi. Je suis également très perfectionniste, je me perds souvent dans les détails, ce qui explique ma lenteur et ma faible productivité en couture, plus escargot que moi devant une MAC tu meurs !

Sinon, j’ai 36 ans et suis l’heureuse maman indigne de un… non deux bébés, un de 4 ans et un de 35 ans ! Plaisanterie à part, je suis entourée de deux hommes absolument géniaux qui égaient chacun à leur manière mes journées bien remplies. J’adore tout ce qui touche au domaine artistique, la photographie et le dessin depuis toujours et maintenant la couture, une vraie histoire d’amour !

Depuis quand couds-tu ? Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans la couture ?

J’ai commencé la couture été 2017, pendant mon congé parental, à Mayotte, d’où ma grande passion pour le wax, les premiers tissus que j’ai cousus. J’ai toujours été passionnée par le dessin et la mode, j’ai déjà fait des petits croquis très simples pour me faire confectionner des vêtements sur mesure mais l’idée de réaliser mes vêtements moi-même m’a toujours effrayée : trop de techniques à connaître, trop laborieux d’apprendre seule, trop de matériel à acheter, pas assez de temps, pas un truc pour moi, je n’y arriverai jamais !

Mon aventure DIY a débuté avec la pâtisserie : j’ai toujours été un véritable zéro pointé dans ce domaine, même le gâteau au yaourt, j’ai déjà réussi à le rater, je vous laisse imaginer le niveau ! J’ai ensuite rencontré de gros soucis dermatologiques qui m’ont poussée à concocter mes propres produits de soin à base d’ingrédients naturels. Puis, j’ai commencé à créer des petits bijoux fantaisie. De fil en aiguille, j’ai appris le crochet et un jour, je me suis dit : « et pourquoi pas la couture, si certains y arrivent, pourquoi pas toi après tout alors lance-toi ! ». Et ce fut LA révélation, je me suis découverte une véritable PASSION !

J’ai commencé avec une vieille antiquité qui mordait la poussière dans le grenier de ma Maman, la Elnita ZZ : point droit, point zig zag, boutonnière manuelle et… c’est tout ! Actuellement, je jongle entre une Pfaff Passport 2.0 que j’ai eu la chance de gagner à un concours chez @joliesbobines et une Janome Skyline S5, cadeau d’anniversaire pour mes 35 ans. Quand je vous disais que j’avais un mari formidable ! Un pur bonheur ces petites électroniques ! Mais ma petite mécanique n’est jamais bien loin !

Que fais-tu dans la vie et quand trouves-tu le temps de coudre ? As-tu d’autres activités créatives ?

Je suis professeur des écoles : cette année j’ai une jolie tribu de toutes petites sections et de petites sections. J’ai même commencé à coudre pour eux, des petits sacs à album : ils sont à fond et moi aussi. Vive la maternelle et les maîtresses qui cousent ! Depuis que j’ai repris le chemin de l’école, j’ai malheureusement de moins en moins de temps pour me consacrer à la couture et aux réseaux sociaux. En ce moment, mes meilleurs amis sont plus programmes officiels, livres pédagogiques, massicots et plastifieuses que patrons, tissus, surjeteuse et MAC.

Entre la famille, la maison et le travail, j’essaie de me réserver, quand cela est possible, une soirée par semaine ou une après-midi par week-end pour la couture. Les mamans qui travaillent, comment faites-vous pour coudre autant ? Je veux connaître votre secret !

Comme je l’ai dit plus haut, avant de me lancer dans l’aventure couture, je me suis mise à la pâtisserie, aux produits de beauté maison, à la confection de bijoux (notamment et surtout avec des capsules Nespresso) et au crochet pour réaliser des amigurumis pour mon fils qui adore les peluches ! Sinon, la photographie est une autre de mes grandes passions : je trouve magique de pouvoir capturer l’instant présent, de pouvoir saisir ce moment unique qui ne se répètera jamais à l’identique. J’adore jouer avec l’ombre et la lumière, réaliser des montages, faire des retouches… Et bien évidemment mon modèle préféré, c’est mon fils!

Tu as sûrement une pièce fétiche que tu aimes coudre et recoudre : laquelle ? A l’inverse, qu’est-ce que tu n’oses pas faire ?

Pièce fétiche, vous avez dit pièce fétiche ? Pour moi c’est Chardon sans hésitation ! Je suis fan de ce patron de Deer And Doe. J’adore la coupe, le jeu de plis, les poches, tout ! Simplicité et efficacité ! Chardon, je la porterais tous les jours de l’année, dans tous les imprimés, dans toutes les couleurs, dans toutes les matières, dans toutes les longueurs, un vrai coup de cœur. À l’heure actuelle, j’en ai plus d’une dizaine à mon actif et… c’est pas fini ! Il y a aussi le sweat Zèbre de IAM Patterns, j’en ai tout un troupeau dans mon dressing ! Mais comment résister à ces manches ballon trop canons ?

Sinon… La « braguettephobie » vous connaissez ? Je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à franchir le cap… Je meurs d’envie de me coudre un pantalon ou un short paperbag, j’ai les patrons, j’ai les tissus mais je n’arrive pas à me décider.

Comment choisis-tu tes patrons ? Y a-t-il des pré-requis indispensables ?

Je n’ai pas réellement de critère de choix pour les patrons. Avant, je préférais les patrons avec marges de couture incluses mais maintenant je trouve que sans c’est plus pratique pour le hacking. J’ai un faible pour les jolis patrons pochette que j’aligne fièrement dans ma bibliothèque mais les avoir éternellement sur mes disques durs à moindre coût ne me déplaît pas non plus. En tout cas, je n’ai aucun a priori sur un patron car vous ne pouvez jamais réellement prévoir le rendu exact avant de l’avoir cousu, adapté et porté vous-même. Parfois c’est ultra canon sur quelqu’un et beaucoup moins convaincant sur vous, l’inverse arrive aussi mais du coup c’est vrai que ça donne moins envie d’acheter le patron et vous passez peut-être à côté d’une pépite, voire votre nouvelle pièce fétiche.

Quelle est la réalisation dont tu es la plus fière ?

La réalisation dont je suis la plus fière ? Ce n’est pas un vêtement et ce n’est pas pour moi alors que je couds très peu d’accessoires et que j’ai la couture très égoïste. La couture c’est un peu un moment d’évasion et de détente, à moi et pour moi : je ne couds presque jamais pour les autres pour ne pas dire toujours que pour moi ! C’est donc un tipi tout simple que j’ai réalisé automne dernier pour mon fils. Quand votre petit bout vous regarde les yeux remplis d’étoiles : SATISFACTION ABSOLUE !

Tu es l’une des égéries de Couturette depuis plusieurs mois, qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer ?

Quand Sarah m’a proposé de tester un de ses patrons, j’étais à la fois honorée, excitée, effrayée et surtout surprise, oui oui tout ça à la fois ! Entre nous, je ne fais rien de vraiment transcendant comparé à d’autres couturières et je suis tout sauf productive et régulière. J’avais peur de rendre copie blanche, de ne pas la rendre à temps ou tout simplement d’être hors-sujet mais j’ai accepté car je trouve vraiment chouette que Sarah donne l’occasion aux petites couturières amatrices et débutantes dans l’ombre de participer à son processus de création. Ce challenge m’oblige également à sortir de ma zone de confort… oui parce que j’ai tendance à coudre toujours la même chose, à deux-trois détails près. J’adore également cette marge de liberté créative qu’elle nous laisse quant au choix du tissu et aux transformations à apporter aux patrons. Sarah c’est une confiance bienveillante, toujours un petit mot pour rassurer, encourager, guider, conforter. Merci mille fois Sarah !

Si tu devais donner un conseil à quelqu’un qui n’ose pas se lancer dans la couture…

Le plus dur dans la couture c’est… de s’y mettre ! Une fois lancé, vous ne pouvez que progresser, et plus vite que vous ne pourriez le penser. Plus vous cousez, plus vous avez envie de coudre ! Tout(e) couturier(ère), aussi talentueux(se) puisse-t-il(elle) être, a été un jour débutant(e) : personne n’est né avec une MAC dans la main alors, tôt ou tard, demain ou dans dix ans, le plus important c’est de commencer un jour. Et pourquoi pas aujourd’hui ?

Pour ma part, j’ai démarré avec des projets simples et rapides avec des tissus faciles à coudre pour ne pas être découragée. Pas besoin d’une bête de compét’ non plus pour débuter : comme je l’ai dit, j’ai commencé avec une vieille mécanique qui ne faisait en tout et pour tout que 3 points ! Avec tous les tutoriels qui inondent la toile, apprendre à coudre sans passer par la case cours ou livres de couture est devenu totalement possible. Bien évidemment, cela ne vaudra jamais un vrai professeur qui vous explique de A à Z tous les secrets de la couture mais c’est une alternative gratuite et accessible à tous !

De plus, la grande communauté couture que j’ai découverte grâce à Instagram est une véritable source d’inspiration et une mine de conseils bienveillants : vous y trouverez toujours quelqu’un pour échanger et vous aider ! Et puis, c’est tellement mais tellement jouissif de pouvoir porter ou offrir quelque chose que vous avez cousu vous-même, de choisir le tissu qui vous plaît, d’adapter le patron à votre morphologie, à vos mesures, à vos goûts, d’ajouter le petit détail qui fera la différence et qui rendra votre cousette unique. Alors pourquoi se lancer ? Et pourquoi pas ?

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

J’ai plus d’une douzaine de projets déjà coupés et surjetés qui n’attendent que l’assemblage : jupes (Chardon of course, what else ?), combishorts (je suis carrément en retard, ce sont des vêtements d’été dont l’un est notamment coupé dans un joli coupon Couturette tout rouge tout fleuri), blouses, jupes culotte, sweats (zèbre pour changer) et sacs à album! Certains attendent juste les finitions comme ourlets ou encore boutonnières, les trucs que je déteste faire.

Sinon, après ma longue INAYA à la geisha, j’adorerais une version courte en tweed à la chacha! J’aimerais avoir le temps de me mettre à la broderie et je rêve d’une machine à broder. Alors mari chéri, si tu passes par là…

L’idée d’un blog me séduit également assez mais ça c’est dans un futur où je ne dormirais plus et où je pourrais enfin me dédoubler ! Rien n’est impossible alors affaire à suivre… En attendant, j’ai fermement l’intention d’initier mon fils à la couture qui, du haut de ses 4 ans, est très demandeur, la mini MAC est donc sur la liste des cadeaux de Noël parce qu’on se le dise, il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour l’aventure couture hein !

Merci à Châu Estelle d’avoir partagé son parcours avec moi !
Rendez-vous chaque mercredi pour découvrir une nouvelle interview. 🙂 

Commentaires (4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *