Combien de fois ai-je reçu des messages de femmes incapables de se lancer tant elles sont paralysées par la peur d’échouer… Pire, je ne saurais imaginer le nombre de celles qui restent dans le silence pour ne pas être jugées.

Les raisons invoquées sont généralement les mêmes : manque de confiance en soi, angoisse de ne pas être à la hauteur, crainte d’être moquée par les autres notamment. Mais celles qui reviennent le plus souvent sont en lien avec la communauté couture sur les réseaux sociaux, et les influenceuses en particulier. Extrêmement prolixes, ces personnalités d’Instagram semblent réussir à cumuler vie de couple et vie professionnelle tout en cousant à vitesse grand V. Inarrêtables, elles montrent sans cesse des nouveautés, si bien que… cela va trop vite et la pression devient trop forte.

Cette pression n’est bien sûr pas réelle car il ne s’agit pas de rivaliser avec les influenceuses, qui sont des professionnelles dans leur domaine. C’est à mon avis une projection de l’esprit car en ne voyant pas des femmes qui leur ressemblent réaliser des choses pas très abouties et pas parfaites, le sentiment d’infériorité est inévitable. C’est compréhensible et en même temps, il faut rappeler que ces fameuses influenceuses ont aussi débuté un jour et que personne ne produit un ouvrage de couture parfaitement fini, dès le départ. Coudre est une activité qui demande du temps et de l’expérience et peu d’entre nous aiment à montrer leurs échecs…

Pourtant, se tromper, errer, recommencer est indispensable à la réussite ! Car comment apprendras-tu si tu ne fais jamais d’erreur ? Quelle leçon peux-tu tirer d’un succès sans effort ? La couture vient avec son lot de difficultés que tu dois nécessairement surmonter si tu souhaites évoluer. Il faut tâtonner, essayer de comprendre un langage jusque là inconnu… C’est un voyage : celui de l’apprentissage. Un voyage qui te fera grandir et découvrir des capacités insoupçonnées mais qu’il est beau ce voyage à la rencontre de soi…

La peur de l’échec peut prendre plusieurs formes. Il y a la peur de commencer tout court mais tu peux aussi avoir des blocages sur des sujets un peu plus spécifiques : ruiner ton tissu préféré ou coudre un modèle qui n’est pas fait pour ta morphologie. Pour cela, voici quelques conseils. 🙂

J’ai peur de gâcher mon tissu fétiche

Honnêtement, je passe par là systématiquement à chaque fois que j’ai envie de me lancer dans une confection nouvelle. Et puis finalement je me dis que ce n’est pas LE modèle parfait pour ce tissu et je n’y touche pas. Comme tu le vois, c’est une peur extrêmement commune à toute couturière qui se respecte ! La peur de gâcher un sublime tissu, surtout lorsque c’est un métrage pas très conséquent et qu’on est sûre de ne pas pouvoir le racheter si on se rate… Mais pas de panique, tu as plusieurs options pour remédier à ce problème et utiliser enfin le tissu dont tu rêves la nuit (au moins !) :

1) Réaliser une version bêta avant chaque nouvel ouvrage

En prenant le temps de passer par cette étape, avant chaque nouvel ouvrage, tu anticipes non seulement sur les étapes de montages du patron mais tu apprends à en contourner les difficultés potentielles. Tu peux le refaire autant de fois que tu le souhaites dans un tissu qui n’est pas un coup de coeur juste pour le maîtriser à fond avant de passer à l’objectif final : couper ce tissu de folie !

2) Coudre un patron que tu connais déjà par coeur

Que ce soit le modèle que tu as testé récemment ou un patron que tu connais sur le bout des doigts, le résultat est le même : tu maîtrises ton sujet ! Les avantages sont nombreux car a priori, si tu l’as déjà réalisé plusieurs fois c’est que tu adores ce modèle pas vrai ? Franchement, quoi de plus facile que d’utiliser le tissu que tu kiffes avec ton patron favori ? Mission accomplie, sans accroc en prime !

J’ai cousu pour rien, le modèle ne me va pas…

C’est la hantise de toutes les femmes, je pense car passer du temps sur un ouvrage qui va finir dans le placard ou à la poubelle, il n’y a rien de pire ! Coudre demande déjà pas mal de temps et d’énergie alors si en plus on se lance dans un super modèle sur le papier qui est juste horrible sur soi, c’est la déprime assurée.

Pour éviter ce problème, rien ne vaut de coudre une toile avant pour s’assurer que le modèle est adapté. C’est une étape chronophage et pas très intéressante mais tu es sûre que la déception sera bien moindre si au final, ça ne fonctionne pas. Non seulement tu n’auras pas gâché ton tissu (eheh, tu vois comme tout est lié), mais en plus tu seras définitivement sûre que le rendu te plait !

J’aime beaucoup ma création mais j’ai peur de me montrer avec…

Il peut arriver que tu te sentes l’âme d’une aventurière et que tu décides de sortir de ta zone de confort (bravo !). Ça peut être un tissu hyper original avec une couleur ou un motif marqué alors que tu es habituellement très discrète. Ça peut être un modèle que tu n’as pas l’habitude de porter : une robe si tu ne portes que des pantalons, une coupe ajustée si tu ne portes que des choses amples, etc… Sauf que voilà, une fois la créa réalisée gros problème : tu n’oses pas la montrer à ton entourage ou à la communauté de peur que l’on se moque ou que l’on ne comprenne pas ta volonté de tenter quelque chose de différent.

J’admets que je n’ai pas de solution miracle à apporter à cette problématique parce que malheureusement, les goûts et les couleurs, on ne maîtrise pas. En revanche ce que je peux te dire, c’est qu’à partir du moment où tu aimes ce que tu as produit, que tu te sens bien dedans, c’est quand même le plus important. Que les gens n’adhèrent pas ou pire, qu’ils détestent franchement, on s’en fiche non ? 😉

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *